50 milliards d'objets ont choisi leur souverain : le développeur

Par Guillaume Roques Directeur Marketing Europe Audience développeur

 

L'Internet des objets est devenu une réalité et change inexorablement nos modes d'interaction avec le monde qui nous entoure. Les développeurs sont au cœur de cette révolution. Mais ces changements qui interviennent sous nos yeux vont au-delà de l'industrie du logiciel : les développeurs créent également des emplois en dehors du secteur des nouvelles technologies, en permettant l'apparition de nouvelles méthodes de création de valeur.

 

Les développeurs favorisent l'apparition de nouvelles méthodes de création de valeur

Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur la révolution de l'Internet des objets. D'ici 2020, 50 milliards d'objets devraient être reliés à Internet, la clé de cette révolution étant bien entendu d'être connecté. Nous quittons progressivement un monde dans lequel les entreprises gèrent un portefeuilles de produits ou de services, pour entrer dans un monde où elles doivent gérer des portefeuilles de compétences et de relations, c'est-à-dire un portefeuille de connexions.

Dans cette nouvelle économie en réseau, où tout est connecté à n'importe quoi et n'importe quand, le code est omniprésent (dans votre voiture, qui sera bientôt votre « amie » sur Facebook, votre téléphone, votre appareil photo, votre télévision, mais également dans les équipements utilisés par les professionnels, comme le matériel d'agriculture de précision, les robots chirurgicaux, etc.), et les développeurs, à la base de cette transformation, deviennent les faiseurs de rois. Ils orchestrent tous ces systèmes et API, redéfinissent les modèles d'entreprises (qui, pour la plupart, s'appuient, sur des architectures d’informations statiques), et font évoluer les processus métier, (ré-) inventant ainsi de nouveaux types de services.

Les développeurs créent des emplois dans tous les secteurs

Le potentiel en Europe et en France est énorme. Une étude d’avril 2013 commanditée par salesforce.com en France, aux Royaume-Unis et en Allemagne, montre que l’augmentation du nombre d’emplois dans la « Business App Economy » devrait être de 159% d’ici à 2018 (cf encart Cap vers la « Business App Economy »).

Pourtant les nouvelles technologies sont souvent pointées du doigt comme étant nuisibles à l'emploi. Il est vrai que la technologie a clairement remis en question l'utilité ou le coût de l'homme pour certains types d'activités, mais elle crée également de nouvelles méthodes de travail innovantes et fournit à la main-d'œuvre de nouvelles compétences favorisant ainsi la création de nouveaux emplois.

Les développeurs, qui utilisent les nouvelles technologies pour réinventer notre manière de faire les choses, en plus d'être des faiseurs de rois, sont également des faiseurs d'emplois ! Faiseurs d’emplois pour l'économie contemporaine, mais surtout d'emplois pour l'économie de demain. Pour paraphraser le principe fondateur posé par le cabinet d'analyste Redmonk, les développeurs sont le groupe d’influence le plus important de notre société contemporaine.

Par « développeur », je fais référence à ceux qui développent des applications ou des systèmes numériques et ce développement n'implique pas nécessairement d'écrire du code à proprement parler.

Cap vers la « Business App Economy »

La demande pour les applications d'entreprise représente une opportunité pour les développeurs et les entrepreneurs.

Selon une nouvelle étude menée par le Centre of Economic Business Research (CEBR) pour Salesforce (Avril 2013), la demande pour des applications cloud d'entreprise devrait attirer de nombreux développeurs dont le nombre va croitre de 159 % en Europe au cours des cinq prochaines années. La « Business App Economy » devrait générer 3,8 milliards d’€ de CA, une augmentation de 206 % d'ici 2018.

L’étude estime que cette « business app economy » pourrait booster la croissance du nombre d’emplois en France de 171% d’ici à 2018, sur la base de 747 000 professionnels de l’informatique (Eurostats)

(Pour demander l’étude complète, contactez nous)

En effet, la démocratisation de la programmation est un phénomène durable ! Toute personne utilisant un environnement de programmation déclaratif (un outil de conception visuelle, un générateur CRUD, etc.) entre dans cette définition de « développeur ». Dans une certaine mesure, lorsque quelqu'un utilise IFTTT pour programmer certaines tâches sur le Web, c’est un développeur ! Un enfant programmant son Lego Mindstorms à l'aide d'un langage de programmation basé sur le déplacement d'icônes est aussi un développeur. Nous sommes tous des développeurs en puissance.

Ici, l'important pour bien comprendre l'impact des développeurs sur chacun d'entre nous est de se rendre compte qu'ils ne se contentent pas de programmer des machines, ils les rendent plus intelligentes et autonomes en les connectant entre elles grâce à de la logique applicative et l'aide d'Internet. Prenons l'exemple d'un lave-vaisselle intelligent. Relié à un système de gestion d'un réseau national d'électricité, l'appareil pourrait se mettre en route aux heures où sa consommation d'énergie a le moins d'effet sur l'environnement (lorsque le réseau national est peu sollicité). L'intelligence injectée dans ces algorithmes et dans le code rédigé par les développeurs, puis embarquée au sein de ces services et de ces appareils est amplifiée grâce au réseau. Tout comme les réseaux sociaux diffusent l'information et la rendent instantanément disponible à tous, n'importe où et n'importe quand, les développeurs peuvent diffuser l'intelligence en créant des applications ou des services intégrant mieux que nous notre environnement (connecté) et capables de « décider » des actions à prendre. Et ces appareils intelligents, programmés par des développeurs, peuvent créer des emplois dans les économies traditionnelles.

 

Les développeurs dynamisent la nouvelle économie en réseau

Reprenons l'exemple du lave-vaisselle intelligent, mais imaginons cette fois qu'il s'arrête de fonctionner.

Au lieu d'afficher un code d'erreur incompréhensible, l'appareil repère l'origine de la panne et avertit un réseau de plombiers. Avec ce modèle d'enchères inversées, votre lave-vaisselle envoie une « demande de devis ». Les plombiers vous font alors part de leurs offres de services et vous êtes informé de leurs devis et des heures possibles de rendez-vous grâce à votre téléphone mobile. Les commentaires de la communauté d'utilisateurs de lave-vaisselles sur ces plombiers sont également disponibles, vous permettant de mieux choisir. Avec toutes ces informations en main, vous pouvez, en un seul clic, prendre rendez-vous.

Il ne s'agit que d'un exemple, mais un bon nombre d'éléments démontrent que l'association des lois de Moore, de Gilder, et de Metcalf génère tout un éventail de nouvelles opportunités et de nouveaux métiers qui réinventent la connexion entre les produits, les clients, les employés et les partenaires.

Très bientôt, ces innovations créées par les développeurs engendreront des emplois (en particulier dans le secteur des services) et ouvriront les portes à de nombreux nouveaux métiers. Ce n'est plus qu'une question de temps...

 

Accélérons le mouvement !

La révolution de l'Internet des objets est en cours et les développeurs sont au premier rang. Ils façonnent le monde à l'aide des nouvelles technologies. Les équipements connectés à Internet peuvent apporter une réelle valeur ajoutée aux entreprises et à leurs clients grâce à l’intelligence que les développeurs leur apportent.

Ce sont donc les développeurs qui rendent cela possible. Et ce n'est que le début. Pour ma part, je suis convaincu que cette révolution ne fait que commencer.

C’est dans ce contexte que Salesforce appui en France la formation des développeurs. Après notre soutien à la création du premier Mastère Cloud avec l’université de Saint-Quentin, puis notre participation à l’incubateur de l’EPITA, nous appuyons également l’initiative de Xavier Niel avec la création de L’Ecole 42. Salesforce.com est le sponsor officiel du concours co-organisé par l’école élisant le meilleur développeur de France.

 

Bibliographie

Salesforce : Articles en anglais salesforce.com
Ericsson : 50 milliards d'objets dans 20 ans
MIT : Gérer des portefeuilles de compétences et de relations
Voiture connectée voiture
Infoworld : les faiseurs de rois
MIT Technology Review :Technologies nuisibles à l'emploi
Mc Kinsey : nouvelles compétences
RedMonk : http://redmonk.com/
Computerweekly : la démocratisation de la programmation
IFTT : IFTTT
Lego : http://mindstorms.lego.com/en-us/default.aspx
Wikipedia : Grok, intelligence , enchères inversées de Moore et Metcalfe
Kursweil : http://www.kurzweilai.net/the-twenty-laws-of-the-telecosm (Lois de Gilder)

Contenu associé

 

Trois experts expliquent comment bâtir une équipe de community managers de choc

Les entreprises constituent leurs équipes pour développer leur présence sur les médias sociaux. Les community managers sont le fer de lance des marques sur internet. Quels types de profil recruter ? Comment organiser ses troupes pour être visible, faire parler sa marque et lui donner de la valeur ? ... En savoir plus »

Les rencontres experts : l’entreprise à l’heure de l’App Store

La place de marché applicative privée pour les entreprises, ou App Store privé : un outil qui révolutionne la collaboration et l’innovation. Points de vue d’experts avec Marie Hélène Fagard, présidente de CIONET, et Stéphane Hugon, sociologue d’entreprise, réunis à l’occasion de la 4e conférence-débat Les rencontres experts. ... En savoir plus »

Point de vue de Laetitia Puyfaucher, experte de la collaboration sociale

Laetitia Puyfaucher dirige actuellement WordAppeal et Pelham Media, 2 agences de communication éditoriale et digitale 24/7, qu'elle a fondées respectivement en 2000 et en 2005. Lauréate 1999 du prix Nico Colchester décerné par le Financial Times et The Economist, elle a coécrit « Le Média Humain, dangers et opportunités des réseaux sociaux pour l’entreprise », publié en 2011 aux éditions Eyrolles. ... En savoir plus »

 
 
 
 
Chat live