Nous utilisons des cookies informatiques afin de faciliter et améliorer les interactions avec nos sites internet et services, de mieux comprendre comment nos sites internet et services sont utilisés et de personnaliser les annonces publicitaires. Pour plus d'informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour les finalités ci-dessus.

G_roquesInterview de Guillaume Roques - Directeur de la relation développeurs pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez salesforce.com. 

Inciter les développeurs talentueux à créer des applications au sein de la plateforme Salesforce, telle est la mission de Guillaume Roques. Convaincu du rôle primordial des développeurs aujourd’hui, iI nous présente sa vision du métier… et de ce qu’il pourrait être demain !

Qu’est-ce qu’un développeur aujourd’hui ?

« En 20 ans, le métier a considérablement évolué. Sa définition technique, qui a longtemps perduré, n’est plus d’actualité. Aujourd’hui le développeur est une personne qui amène une idée et la concrétise sous la forme d’une application, pour résoudre un problème donné ou apporter un service. Sans lui, pas de Facebook, pas de Twitter, pas de voiture connectée ou de smartphones ! Il est désormais au cœur de la transformation de la société et de la totalité des objets électroniques du quotidien intégrant des logiciels.

Plus précisément, c’est l’impact du métier qui a changé. Avec l’arrivée du web, des technologies mobiles, du cloud, le développeur est partout : dans votre poche avec votre téléphone, dans les frigos ou encore dans les moteurs d’avion... Le développeur est devenu le chef d’orchestre d’objets connectés, grâce à lui les services deviennent plus productifs, plus performants, plus communicants… »

Quelles sont les 3 qualités essentielles d’un bon développeur ?

« Un bon développeur est créatif : il résout un problème avec un langage ou des visuels… Il est logique : il organise ses idées et orchestre des concepts reliés à plusieurs projets. Enfin, il est curieux : il crée toujours de nouvelles connexions. »

Aujourd’hui, de plus en plus de développeurs participent à des « hackathons ». Qu’est-ce que c’est ?

« Hackathon, c’est la contraction de « hack » et « marathon ». Le principe : des personnes se réunissent, généralement pendant un week-end, pour répondre à l’appel d’une entreprise qui souhaite résoudre un problème précis nécessitant des développements.

Les participants à un hackathon peuvent avoir des profils variés : des développeurs bien sûr, ce sont eux qui codent, mais aussi des designers ou encore des personnes qui ont de bonnes idées. En équipe, ils créent des applications exceptionnelles en un temps record !

Pour les entreprises, le hackathon est aussi un moyen de moderniser leur image, de résoudre des problèmes réels et concrets… et surtout d’identifier des jeunes talents pour les embauches ! »

Qu’est-ce que les hackathons apportent aux développeurs qui y participent ?

« Pour les développeurs, participer à un hackathon c’est :

  • une occasion unique de se confronter à des problématiques réelles.
  • un moyen de se faire connaître : c’est un accélérateur de succès.
  • un moment privilégié pour rencontrer et échanger avec d’autres développeurs.

Pour toutes ces raisons, je conseille à tous les développeurs de participer à des hackathons ! »

Comment seront les développeurs de demain ?

« C’est une question difficile. Si on me l’avait posée en 1995, je n’aurais pas réussi à imaginer le développeur de 2014. Je pense que demain, tout le monde sera développeur ! Il y aura, bien sûr, toujours des développeurs professionnels. Mais avec tous les objets connectés et facilement programmables, chacun pourra développer l’ensemble des flux de données de ses différents objets pour répondre à un besoin propre.

Il est donc d’autant plus important pour la France de comprendre l’importance du rôle des développeurs dans la construction de la société. Sans développeur, le pays prendra du retard sur des pays qui ont su prendre le virage. Le développeur est « l’artisan du monde digital » : il ne faut pas passer à côté de cette révolution. »