Simplement dit, la business intelligence est un outil d’aide à la décision qui permet de récupérer toutes les données d'une entreprise (ventes, clients, résultats financiers, comptabilité…) et les analyser en direct dans des rapports détaillés. Ces rapports servent ensuite aux dirigeants pour prendre des décisions stratégiques. Retour en vidéo sur la business intelligence pour comprendre les opportunités en entreprise.

1. Prendre les bonnes décisions

Nous produisons, enregistrons et traitons toujours plus de données. Grâce à la puissance de calcul de nouveaux algorithmes et au machine learning, les « big data » ont désormais du sens. Dans sa conférence TED, Kenneth Cukier affirme que l’explosion des données ne permet pas forcément d’apprendre plus de choses sur le monde et les hommes… mais elle affine considérablement nos connaissances existantes. En collectant de nouveaux types d’information (géolocalisation, habitudes de consommation…) et en les analysant en temps réel, on comprend mieux et avec plus de précision comment les gens vivent et comment ils évoluent.

Appliqué à la business intelligence, ce phénomène induit une analyse plus fine des mécanismes cachés au sein de l’entreprise : l’entreprise peut anticiper les évolutions de ses activités et de son marché. Ces prédictions contribuent à infléchir la stratégie business et à prendre des décisions adéquates.

Pour aller plus loin : Une brève histoire de la business intelligence.

2. Prendre des décisions humaines

Faut-il craindre la révolution numérique actuelle ? La robotique qui s’immisce dans toutes les sphères de la société représente-t-elle une menace pour l’humanité ? L’innovation a-t-elle atteint ses limites entraînant avec sa chute la fin de la croissance ? Comme à chaque révolution industrielle et/ou technologique, les bouleversements induits, et en particulier au niveau de l’emploi, génèrent des peurs. Erik Brynjolfsson ne fait pas partie des pessimistes. Selon lui, la révolution numérique détruit certains emplois temporairement mais ouvre des perspectives d’innovations génératrices de croissance : c’est le fameux processus de « destruction créatrice » de l’économiste Joseph Schumpeter. En bref, il faut s’adapter et ne pas entrer en concurrence avec la machine. Prenant pour exemple les parties d’échecs entre l’ordinateur et l’homme (en face à face, la machine est toujours vainqueur !), Erik Brynjolfsson montre comment des équipes formées d’hommes associées à des ordinateurs parviennent à battre un ordinateur seul.

L’avenir est donc dans la complémentarité homme/machine. En entreprise, si la business intelligence guide les décisions des dirigeants, ceux-ci restent maîtres de leurs choix. L’outil reste un outil, à l’usage de l’homme. Et c’est son usage qui donne sa valeur à la business intelligence.

3. Prendre des décisions nouvelles

Que faire de toutes ces données multiformes (archives du web, images de caméras de surveillance, capteurs divers et variés…) qui ne cessent de croître et d’être collectées ? Les analyser et les mettre en perspective. L’un des grands enjeux des big data est la capacité à réunir des informations connexes et à repérer les corrélations entre elles. Cela permet d’informer et d’enrichir tous les aspects de la vie quotidienne (trafic et conditions financières, météo…) et de tirer des prédictions (tendances en affaire, maladies…).

En assemblant des données internes et externes à l’entreprise, puis en les confrontant, la business intelligence calque son développement sur ce modèle de mise en relation des informations connexes. Cela permet d’étendre la vision du dirigeant au-delà des murs de son entreprise et d’embrasser son marché dans sa globalité.