Comment l'aventure Salesforce a-t-elle commencé pour vous ?

 

Elle a débuté en 2011 lorsque d'anciens collègues m'ont proposé de rejoindre une société en pleine croissance : Salesforce. Son nom ne me disait pas grand-chose et je connaissais peu le marché du cloud. Ma première rencontre avec Salesforce à San Francisco avait d'ailleurs été, pour être franc, quelque peu déroutante : pour ceux qui s’en souviennent, Oracle avait fait décaler en 2011 la keynote de Marc Benioff, le fondateur de Salesforce, prévue dans le cadre d'une convention annuelle à laquelle je participais. Marc Benioff avait alors invité tous ses followers sur Twitter à venir l’écouter le jour prévu, non pas dans le cadre de la conférence, mais dans un restaurant de San Francisco. Le climat était électrique !

 

Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre Salesforce en 2012 ?

 

À vrai dire, la décision n’a pas été facile à prendre dans la mesure où l'offre de poste faite par Salesforce ne m'apparaissait pas comme une avancée significative par rapport aux fonctions que j'exerçais. Je sortais en effet de 2 belles années et pouvais me projeter sereinement sur le moyen terme. Pour autant, les échanges avec Salesforce m’ont fait comprendre qu’il s’agissait d'un choix de raison. Et si finalement Salesforce était le prochain grand leader de notre industrie ? Et si rejoindre cette société me permettait de rêver une trajectoire impossible là où j'étais actuellement ? Ajoutés à cela, l'esprit start-up de Salesforce et son obsession de l’innovation ont fini par me convaincre. J'ai donc rejoint Salesforce en septembre 2012.

 

Comment les équipes commerciales de Salesforce sont-elles organisées en France ?

 

L'organisation Salesforce s'est très largement étoffée en 6 ans et ce n'est pas fini. Mon équipe est responsable de l'orchestration des comptes (fixer une stratégie à trois ans, définir les ambitions en termes de revenu, aligner les différentes équipes internes et externes,...). En parallèle, des équipes de commerciaux spécialistes (Cloud Sales) nous accompagnent en expertise sur les différentes thématiques de la plateforme Salesforce (e-commerce, marketing,...) et nous nous appuyons sur des profils "juniors" basés à Dublin pour le business développement. Les équipes commerciales sont ainsi en parfait alignement avec l'ensemble de l'organisation (Customer Success, Avant-Vente,...).


Pour ma part, j'ai la responsabilité depuis début 2018 de plusieurs secteurs d'activité (Retail, CPG, Agri, ...) sur lesquels plus de 80 personnes de Salesforce France s'investissent au quotidien pour accompagner nos clients.

 

Pourquoi est-ce toujours le bon moment de rejoindre Salesforce ?

 

J'entends souvent dans les entretiens de recrutement qu'il est trop tard pour rejoindre Salesforce et que le bon timing était il y a 3 ans. Cette remarque me fait sourire dans la mesure où nous ne sommes qu'au début de l'aventure. Les ambitions en termes de revenu et les différents plans de recrutement associés en sont la meilleure preuve.

J'ai la chance d'avoir rejoint Salesforce il y a 6 ans et reconnais toujours la même entreprise : valorisation du côté entrepreneurial des collaborateurs, capacité à faire évoluer les salariés sur des périmètres plus larges (management par exemple) ou à l'international, mais aussi fidélité à nos valeurs. Rares sont les entreprises capables de vous faire évoluer plusieurs fois en quelques années. Encore plus rares sont celles qui donnent leurs chances aux individus, quel que soit leur âge, leur genre ou leur diplôme.

Les valeurs de Salesforce, qui s'illustrent en partie au travers de notre Fondation, révèlent un sentiment de fierté chez de nombreux employés. N'est-ce pas gratifiant d'avoir un impact concret sur le monde qui nous entoure grâce aux 7 jours de bénévolat payés chaque année par Salesforce à tous ses collaborateurs ? Nos derniers projets français — Lightforce et Comme un seul homme — en sont la parfaite illustration !

 

Et en dehors de Salesforce ?

 

Curieux et en recherche continue de nouveaux challenges, je voyage dès que j'en ai l'occasion et pratique différents sports. Les voyages me permettent de découvrir de nouvelles cultures et de me ressourcer avec mes proches. Sur le plan sportif, après de nombreuses années de pratique du football et plusieurs Ironman (triathlon) je me suis orienté vers le trail (Diagonale des fous sur l’île de La Réunion en 2017) et me penche désormais vers l'alpinisme. Avec un doux rêve : gravir l'Everest en 2024.