À l’occasion de la publication de la 3ème édition du rapport de tendances relatif aux PME, découvrez les informations clés des femmes entrepreneures. 691 000 entreprises ont été créées en France en 2018, soit 17 % de plus qu’en 2017¹. Un écosystème entrepreneurial qui se porte très bien et se place sur la première marche du podium européen des créations d’entreprise. Ce succès est en partie dû aux femmes entrepreneures et à la force créatrice qu’elles génèrent.

Qui sont ces dirigeantes ? Quelles sont leurs motivations ? Et surtout, à quels défis se heurtent-elles sur la route du succès ?

 

1/ L’entrepreneuriat au féminin

En France, en 2018, 39% des entreprises individuelles ont été créées par des femmes. Une proportion qui était en augmentation constante depuis 30 ans (29 % en 1987 et 33 % en 2000), mais qui stagne depuis 2015.
Elles sont plus fréquemment des primo-créatrices. Leurs motivations à créer leur entreprise reposent le plus souvent sur leur désir d’exercer leur profession et d’assurer leur propre emploi, plutôt que l’investissement ou l’introduction sur le marché d’un nouveau produit ou service. Les femmes entrepreneures ont en moyenne 36 ans, sont mères de famille et plus diplômées que leurs pairs masculins. 72% d’entre elles sont détentrices d’un diplôme entre le master et le doctorat, contre seulement 62 % des dirigeants hommes. Si ces dernières années, les mentalités ont évolué vis-à-vis de l’entrepreneuriat des femmes, il existe encore de nombreux freins dont les principaux sont le manque de temps et d’argent.
 

2/ Le manque de temps

Alors, que la majorité des entrepreneures affirment s’être lancées dans la création d’entreprise pour mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle, l’exercice est plus compliqué qu’il n’y paraît. Elles sont 60 % à estimer que le manque de temps est leur principale contrainte.
Pour pallier à cette difficulté, il est important que les dirigeantes de PME ne s’isolent pas. S’entourer d’un réseau professionnel féminin permet de partager les expériences, les conseils avisés et les réussites de pairs.

3/ L’accès au financement

Une affirmation qui n’est pas basée sur un ressenti, mais bel et bien confirmée par les chiffres, puisque le taux de rejet de crédit sollicité par des femmes est de 4,3 %, soit près du double de celui pour les hommes (2,3 %²). Une injustice d’autant plus flagrante que les femmes demandent généralement des sommes moindres, car les secteurs d’activité qu’elles privilégient - soutien aux entreprises (29 %), service aux ménages (25 %) et commerce (20 %) - requièrent une levée de fonds moins importante au lancement. Heureusement, d’autres alternatives au crédit bancaire ont vu le jour, comme le crowdfunding ou encore le lancement de différentes aides telles que La Garantie Egalité Femmes, un dispositif national dédié exclusivement aux femmes entrepreneures, le prêt d’honneur Initiative France ou encore les Plans d’Action Régionaux (PAR).
 

4/ L’innovation et la nouveauté

Une bonne nouvelle, car c’est peut-être par là que passera la résolution de leurs contraintes liées à l’argent et au temps. En effet, les investisseurs sont rassurés et plus enclins à former des partenariats avec des entreprises innovantes, qui placent la technologie au cœur de leur développement. L’investissement dans les nouvelles technologies permet de faciliter la levée de fonds auprès d’investisseurs, mais constitue aussi, un atout réel pour gagner du temps. En effet, l’intégration de nouvelles technologies qui reposent sur l’intelligence artificielle, et permettent l’automatisation de tâches, est une réelle opportunité pour les dirigeantes d’entreprise de se libérer des tâches chronophages. Ainsi, elles gagnent du temps précieux pour se consacrer aux actions plus stratégiques, au développement de leur entreprise et à leur vie personnelle.

Pour en savoir plus sur les dernières tendances relatives aux PME et découvrir de nouvelles informations sur la prise de décision et les actions de chef·fe·s d'entreprise, téléchargez le rapport ici.

Salesforce est, par ailleurs, partenaire du “Think Tank Marie Claire : agir pour l’égalité” qui s’est penché récemment sur la question de l’argent et de l’autonomie financière des femmes.

¹ Les créations d’entreprises en 2018, Insee Première, Janvier 2019
² Étude OpinionWay pour la fondation Entreprendre et Axa, 2017