Pour avoir un marketing de contenus performant et voir son site référencé sur la première page de résultats (SERP), il ne suffit pas de multiplier les pages et les mots clés. Il faut réussir à s’entendre avec Panda et Penguin, les deux algorithmes de Google qui traquent les faux amis et les mauvais joueurs.
 

Le SEO, un référencement efficace

Tous les content managers le savent : pas de référencement naturel efficace sans SEO, le Search Engine Optimization. Pour ceux qui souhaitent apparaître dans les premiers résultats lorsqu’un utilisateur effectue une recherche, c’est indispensable. Google étant le moteur de recherche ultra-dominant avec près de 92 % de parts de marché (une position qui semble d’ailleurs poser problème à la justice américaine, avec l’ouverture récente d’une procédure pour abus de position dominante), il faut tâcher de s’adapter à ses algorithmes pour améliorer son référencement. Certes, ils évoluent en permanence, et impliquent de se tenir à jour. Mais dans l’ensemble, ce que préfère Google, selon un article de référence pour les référenceurs, ce sont :

  • les sites qui offrent des contenus de bonne qualité et originaux,
  • les sites qui proposent un contenu pertinent,
  • ceux qui utilisent les mots-clés adaptés, mais sans en abuser
  • ceux qui évitent de dupliquer (copier) des contenus existants
  • ceux qui renvoient vers d’autres sites, dans un environnement proche du leur, et vers qui d’autres sites renvoient également.


Mais comme beaucoup d’entreprises tentent de satisfaire uniquement ces algorithmes, et pas leurs utilisateurs, Google a installé depuis une dizaine d’années deux super vigies, Panda et Penguin, pour contrer des manoeuvres abusives de certains marketeurs. Pour permettre aux internautes de gagner du temps, ces mises à jour font la différence entre les bons et les mauvais contenus. Aujourd’hui pleinement intégrés à l’algorithme de classement des résultats Google, ils fonctionnent désormais de façon permanente.
 

Zoom sur Google Panda et Google Penguin

Panda sanctionne les contenus pauvres et de mauvaise qualité. C’est-à-dire ? La liste est longue : mal écrits, trop succincts, pleins de fautes, n’apportant aucune valeur ajoutée à l’utilisateur, bourrés de mots-clés trompeurs, ou encore, littéralement copiés-collés à partir d’un autre site (ou dupliqué). Attention, pas la peine de changer quelques mots pour tromper l’algorithme, il le détecte aussi. Et la sanction peut être lourde : soit la page est déréférencée, soit elle tombe aux oubliettes en reculant de plusieurs pages dans les résultats de recherche. En clair, soit vous produisez un contenu de qualité et intéressant pour l’internaute, soit vous passez votre tour, Panda n’aime pas les amateurs

Penguin, de son côté, ne teste pas la qualité de votre site. Il surveille vos fréquentations. Sachant que les backlinks, ces liens qui renvoient de site en site, génèrent une augmentation du trafic, il s’assure que vous ne construisez pas de liens artificiels avec d’autres sites. De même, il vérifie que parmi les sites qui renvoient vers vos pages, aucun n’a établi ces liens à la légère. En bref, Penguin n’admet que les relations authentiques. Pour les fauxamis, la punition est la même que pour les mauvais élèves : rétrogradation des pages en dernière position, ou déréférencement total.
 

Quelle stratégie pour votre marketing de contenu ?

Si vous souhaitez établir un marketing de contenu qui génère du trafic et des visiteurs qualifiés, il faut rester ami avec Panda, en produisant des contenus de qualité. Google a même émis une liste de 23 questions dans son guide de 2011, à vous poser pour être certain que vous répondez au cahier des charges de ces deux animaux exigeants. Parmi les plus percutantes : votre article a-t-il été écrit avec soin, ou à la va-vite ? Est-il superficiel ou apporte-t-il de la valeur ajoutée à votre visiteur ? Enfin, si vous-même vous retrouviez face à ce type de contenu, oseriez-vous confier votre numéro de carte bancaire au site ? 

Il convient non seulement de produire de la qualité, mais d’entretenir régulièrement votre site avec des contenus nouveaux et enrichissants. Enfin, et surtout, soyez sincère. Même si vous réussissez un jour à tromper Google, si vos contenus sont de piètre qualité, vous ferez fuir les visiteurs.