Phenix

« Tout le monde a le même niveau d’information. Un chargé de projet peut ainsi voir les opportunités signées par un commercial. »

Audrey Dupouet, Administratrice Salesforce | Phenix
 
Phenix logo
180 collaborateurs

120 000

repas sauvés chaque jour

 
 

Phenix : la deuxième vie des déchets alimentaires

Objectif zéro déchet alimentaire. Ce n’est pas un slogan mais la raison d’être de Phenix, start-up spécialisée dans la redistribution des surplus alimentaires des grandes surfaces et des grossistes auprès des associations. Une entreprise qui fourmille d'idées et de projets : ouverture de supermarchés anti-gaspi, appli pour les particuliers... Sa croissance rapide l'a conduite à modifier son organisation et à se doter d'outils digitaux à la hauteur de ses grandes ambitions. En effet, après 6 ans d'activité, PHENIX sauve 120 000 repas par jour, accompagne plus de 6 500 entreprises et commerces partenaires et emploie 180 personnes à temps plein.

Chaque année, un tiers de la production alimentaire mondiale finit à la poubelle, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. C’est l’équivalent d’une surface de culture grande comme le Mexique qui part, chaque année, à l’incinérateur. Et tout le monde est responsable : le consommateur (33 % du gaspillage alimentaire en France), le producteur (32 %), l’industriel (21 %) et les distributeurs (14 %) selon les chiffres de l’Ademe. C’est auprès des distributeurs que Phenix a décidé d’agir, depuis 2014, avec une plateforme digitale de mise en relation entre les grandes surfaces et les associations d’aide alimentaire.

Objectif de cette marketplace : coordonner les dons des invendus et revendre aux particuliers les produits sur le point d’être périmés. « Cela permet aux magasins de restreindre leurs volumes de déchets alimentaires et, par conséquent, de réduire leur facture sur les déchets et le montant de la taxe sur les activités polluantes (TGAP). Ils bénéficient également d’une réduction d’impôts liée au don à une association d’aide alimentaire tout en s’engageant dans une démarche utile d’un point de vue social et environnemental », résume Clément Carreau, chargé des relations publiques chez Phenix. « C’est gagnant-gagnant. »

Depuis 2014, la start-up a bien grandi avec un élargissement de son périmètre de clients : grossistes, industriels et producteurs sont venus s'ajouter aux distributeurs. Le périmètre de ses activités a lui aussi été agrandi : appli de vente aux particuliers, conseil auprès des grandes enseignes et même l'ouverture de douze épiceries pour écouler des produits en dates courtes ou mal calibrés. Phenix a réalisé 15M de CA en 2019 et  rêve maintenant de devenir l'une des premières licornes de l'impact. Cependant, l’entreprise s’est vite retrouvée face à des problématiques d’entreprise en pleine croissance : données éparpillées, perte d’informations, process inadaptés, manque de transversalité… Comble de l’ironie, Phenix commençait à gaspiller des ressources… humaine cette fois-ci !

Quand Phenix gaspillait ses forces...

Début 2020, le constat est implacable : le bon vieux CRM qui avait fait le job depuis le démarrage de l’entreprise montre ses limites dans la gestion des contacts notamment. Et le stockage des documents de prospection commerciale paraît bien trop archaïque pour conduire le développement de l’entreprise. Il est même source d’erreurs et de perte de temps : « Certains prospects étaient contactés simultanément par différentes équipes sans que celles-ci le sachent, » se souvient Audrey Dupouet, Salesforce Administrator chez Phenix.
 
 

« Il fallait donc centraliser toute l’information client depuis l’acquisition du lead dans un seul outil et la rendre accessible à toutes les équipes. »

Audrey Dupouet, Administratrice Salesforce | Phenix

 


« Il fallait donc centraliser toute l’information client depuis l’acquisition du lead dans un seul outil et la rendre accessible à toutes les équipes. Dans le même temps, on avait besoin d’uniformiser les process pour avoir une vision d’ensemble de nos activités en menant une stratégie data-driven. »

La phase de cadrage a été menée lors du premier trimestre 2020 et le choix de Salesforce Service Cloud a été arrêté dans la foulée : « c’était la solution la plus apte à s’adapter au business de Phenix et à l’accompagner dans son développement. »

Uniformisation des process, partage de l’information : la renaissance du Phenix

Service Cloud a été implémenté au début de l’été 2020 pour un déploiement auprès de toutes les équipes en juillet. Pour aller vite et faciliter l’onboarding de l’ensemble des collaborateurs, des ambassadeurs ont d’abord été formés aux spécificités de Salesforce avec la mission de faire connaître les bonnes pratiques auprès de leurs collègues. Visiblement, la méthode a porté ses fruits : tout Phenix est désormais sur Salesforce. « Nous avons choisi de nous caler au mieux avec le process de vente de chacune de nos cibles. Comme nous avons une grande diversité de clients, cela nous a conduit à avoir 8 catégories d’opportunités commerciales », raconte Audrey Dupouet.

L’efficacité est de retour au sein de Phenix

Toute la donnée est désormais centralisée : celle issue de l’ancien CRM et toutes les informations provenant des outils internes de l’entreprise. « Tout le monde a le même niveau d’information. Un chargé de projet peut ainsi voir les opportunités signées par un commercial. Quant au commercial, il peut connaître les différents changements mis en place sur un magasin… Le lien entre les équipes a été créé. » L’efficacité est durablement installée chez Phenix !

Le business sous contrôle et plus encore…

Autre intérêt d’avoir pluggé les outils internes à Salesforce : la vision business est aujourd’hui plus fine et plus globale. Un atout vital pour une entreprise qui n’arrête pas d’innover et d’évoluer. En avril 2020, Phenix a ainsi une nouvelle fois pivoté en changeant de modèle économique auprès de ses clients GMS : « Pendant 5 ans nous avons fonctionné avec un modèle « au succès » basé sur un pourcentage prélevé sur le montant des dons effectués. Aujourd'hui avec le recul, nous avons pivoté sur un modèle au forfait qui est plus facile à comprendre et plus simple à gérer aussi. »

Une transformation dont les équipes dirigeantes de Phenix peuvent évaluer toute la pertinence, en suivant en temps réel, les conséquences business dans Salesforce : « Grâce à Salesforce, on peut par exemple suivre le chiffre d’affaires généré par les magasins qui sont passés au forfait et comparer avec les autres, établir des projections, avoir une vision d’ensemble sur notre parc client et les services mis en place… ». Meilleure vision, meilleure organisation : après seulement quelques mois d’utilisation de la solution Salesforce, Phenix observe déjà des bénéfices concrets. Et ce n’est qu’un début comme tient à le signaler Audrey Dupouet.

Chiffres clés

  • 180 collaborateurs
  • 120 000 repas sauvés par jour
  • 5 pays utilisent l’application
  • 1 500 associations partenaires
  • 6 500 entreprises et commerces partenaires
  • 12 magasins d’alimentation (Paris, Normandie, Bretagne) sur un objectif de 50 en 2024
 

Découvrez d'autres témoignages

Chargement en cours Chargement en cours...|Attendez...|Toujours en cours de chargement, juste un petit instant...|Moins d'une minute restante...

Vous avez des
questions ?
Nos experts sont à votre service.

Demandez des informations sur les produits, les tarifs, l'implémentation ou toute autre chose. Nos experts hautement qualifiés sont à votre disposition.