L’Internet des objets concerne les applications d’Internet et l’échange de données entre celui-ci et des objets physiques. Le terme englobe les smartphones, drones et capteurs mais aussi les équipements d’urbanisme (smart cities), de sécurité, les voitures intelligentes et bien d‘autres domaines grâce à la miniaturisation des composants et la généralisation des protocoles sans fils. Tour d’horizon...

Dans un communiqué publié sur son site, Nokia annonce avoir remporté un contrat portant sur l’instauration d’un réseau 5G à Dubai. Au terme de deux ans de déploiement, l’infrastructure sous-tendra un projet ambitieux de ville intelligente (smart city) incluant une escadrille de drones surveillant le trafic en temps réel. 

Et comme rien n’échappe à la connexion, la start-up allemande Myomega teste depuis près d’un an une solution révolutionnaire connectant… les vignes ! Tracovino se propose en effet de collecter les données d’humidité, d’ensoleillement et de températures afin de livrer en temps réel des analyses prédictives pour garantir un grand cru. Les capteurs sont alimentés par l’énergie solaire, et résistent aux aléas climatiques. 

Autre usage surprenant de l’Internet des objets : une entreprise allemande a conçu un piège proposant un diagnostic quantitatif et qualitatif en cas d’infestations domestiques par des puces de lit. Une utilisation originale qui répond à une vraie demande, tant le problème de ces parasites est sérieux en Amérique du Nord, et son traitement coûteux. La start-up Gupsy a remporté le Global IoT Challenge organisé par la LoRa Alliance pour cette trouvaille. Ce concours vise à récompenser les solutions innovantes basées sur son standard basse consommation/longue portée LoRa. 

En France, la SNCF a annoncé le deuxième volet de sa mue digitale. La société nationale des chemins de fer réalise en partenariat avec Ericsson, IBM, Sigfox et Intesens la mise en œuvre 3G/4G sur son réseau pour ses clients et l’implantation de capteurs pour ses techniciens. Objectif : atteindre, dès 2019, 90 % de couverture sur ses voyages et la couverture TGV WiFi l’année prochaine. Mais l’Internet appliqué à l’industrie (IIoT, Industrial Internet of things) permettra aussi de réduire les coûts liés à la maintenance « de 10 à 30 % de gains d’efficacité » selon le PDG, Guillaume Pepy. Pour cela, les trains seront équipés des capteurs très bas débits de Sigfox, adossés à une solution cloud permettant le diagnostic fin des pannes, et donc des interventions plus efficaces et rapides.

Sur l’évolution du secteur des IoT, le cabinet d’étude Research and Markets se dote d’un nouveau rapport dans son catalogue. Le document Le marché de l’Internet des Objets par Solutions Logicielles […], Plateformes, Services, Domaines d’Applications et Régions - prévisions globales pour 2021 prédit un taux de croissance annuel composé de 33,3% sur les 5 prochaines années. Soit un volume passant des 157,05 milliards de $ actuels à 661,74 milliard de $ sur cette même période, grâce à la généralisation des objets connectés et téléphones intelligents. Malgré cela, le marché pourrait être bridé par un manque global de main-d’œuvre qualifiée en design et algorithmes IoT. Après 2021, ce secteur dominé par l’Amérique du Nord devrait progressivement passer sous le contrôle de la zone Asie-Pacifique.