Le dernier Shopping Index est de loin l’étude la plus riche que nous ayons réalisée sur le e-commerce mondial. Pour en dresser un portrait complet, Salesforce Commerce Cloud a pu en effet s’appuyer sur 500 millions de consommateurs. Trafic, source et durée des visites, panier moyen, assortiment produits, intention d’achats et même taux de remise : le Shopping Index a réponse à tout. Revue de cinq enseignements d’une étude unique en son genre.

1. Une année faste pour l'e-commerce

Première conclusion : l'e-commerce tient la forme. Boostées par une excellente fin d’année, les ventes en ligne gagnent encore des parts de marché, avec une croissance globale de 19 % au 4e trimestre 2016. Une croissance qui n’a rien de surprenant en soi, mais qui se distingue des années précédentes par sa décomposition équilibrée entre la hausse du trafic (+11 %) et la croissance des dépenses moyennes (+8 %).

2. Les réseaux sociaux, canal indispensable

En 2016, les réseaux sociaux émergent pour devenir un canal de recrutement significatif. Ils représentent désormais 4 % du trafic global et 5 % du trafic sur mobiles, soit une croissance de 61 % par rapport à l’année précédente. Pour mesurer l’ampleur du changement, il suffit d’observer que les réseaux sociaux ne représentaient que 1 % du trafic e-commerce il y a deux ans seulement. Une dynamique particulièrement marquée ces derniers mois et qu’il faudra garder à l’œil dans les prochaines années.

3. Le mobile first : une réalité

L’internet mobile confirme sa prévalence. Le fait de développer un site en le pensant avant-tout pour une navigation mobile (mobile first) n'est plus une précaution d'avant-gardiste, mais une nécessité business. En effet, les courbes de trafics se sont croisées entre ordinateur et mobile cette année : les smartphones représentent désormais 52 % de l’ensemble du trafic en ligne ! Et ce n’est pas fini puisque les intentions d’achats révèlent un immense potentiel de croissance.

4. La France : une belle année digitale !

En 2016, la France peut se prévaloir d’une progression de son e-commerce au-dessus de la moyenne mondiale. Sur les 5 grands pays étudiés, elle se classe même à la 2ème place avec 25 % de croissance. Un beau score, qui masque toutefois un retard sur des indicateurs comme le panier moyen : au dernier trimestre 2016, les français dépensaient 91€ en moyenne par commande, contre 147€ pour nos voisins allemands. Ce qui nous amène logiquement au dernier point :

5. Cross sell & up sell : misez sur la recommandation automatique !

On note l’impact très positif de fonctionnalités de recherche sur les sites e-commerce. Les consommateurs qui l’utilisent représentent 25 % du chiffre d'affaires des boutiques de marques en ligne. Un constat qui pourrait inciter les e-commerçants à investir dans les innovations facilitant la remontée des produits sur leur site.

On pourrait de la sorte multiplier les analyses : le Shopping Index offre un outil unique, dans lequel chacun y trouvera de quoi mieux saisir les tendances de l'e-commerce mondial. Dans cet océan de données, à vous de fouiller et de trouver vos îles au trésor !