Skip to content

Nous utilisons des cookies informatiques afin de faciliter et améliorer les interactions avec nos sites internet et services, de mieux comprendre comment nos sites internet et services sont utilisés et de personnaliser les annonces publicitaires. Pour plus d'informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies, cliquez ici. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour les finalités ci-dessus.

Envoyer le bon message marketing au bon moment : voilà ce que permettent les outils digitaux et l’automatisation des tâches. La startup WeShareBonds, plateforme d’investissement de particuliers vers les PME, a fait de ce gain de performance une priorité. Le troisième volet de L’ère du client lui consacre un reportage.

Autorisé en France depuis 2014, le crowdlending permet à des particuliers, sur le modèle du crowdfunding, de co-financer des PME sur un mode participatif. En 2015, plusieurs startups ont ainsi profité de cette autorisation pour lancer leurs plateformes digitales.
WeShareBonds en fait partie, avec une particularité : chaque projet est financé pour moitié par le fonds de crédit de WeShareBonds (associé à la Banque Postale) et pour l’autre moitié par des investisseurs individuels inscrits sur la plateforme. « Nous sélectionnons des PME françaises de plus d’un million d’euros de chiffre d’affaire dont les projets sont susceptibles d’intéresser notre panel d’investisseurs institutionnels et particuliers », résume Yoann Coumes-Gauchet, co-fondateur de WeShareBonds.
En moins d’un an, 12 PME ont ainsi pu se développer grâce au système WeShareBonds, dans des domaines aussi variés que la fabrication de chaussures, l’aide à la personne ou l’édition de logiciels. Les prêts vont de 200 000 à 1 million d’euros.

La dynamique de WeShareBonds repose sur la mise en relation 100 % digitale entre investisseurs et porteurs de projets. Ce qui implique des actions prospectives pour attirer d’une part les PME et, d’autre part, les personnes souhaitant investir. Cependant, faire gonfler la base de données clients ne suffit pas : il faut convaincre les dirigeants, les investisseurs et leurs intermédiaires de s’inscrire sur la plateforme. Pour y parvenir, chaque type de client est ciblé intelligemment par la startup à l’aide du smart-marketing.
« Grâce à notre outil marketing, nous sommes capable d’envoyer le bon message au bon moment et à la bonne personne », poursuit Yoann Coumes-Gauchet. « Ces actions peuvent être de type push marketing, comme l’envoi d’une newsletter. Mais nous bénéficions aussi de fonctions automatisées qui permettent d’envoyer des messages ciblés selon le type de comportement de chaque visiteur sur notre site. » Ainsi, un internaute qui consulte les pages dédiées aux investisseurs verra apparaître des messages en lien avec cette thématique : autres articles à lire, vidéo complémentaire, ou bouton pour l’inviter à prendre contact.
Cette personnalisation de l’information permet de s’adresser avec plus d’efficacité auprès de cibles très différentes : internaute en quête d’information, investisseur mûr, PME en recherche de capitaux… Et au final, le message marketing a plus d’impact.

Fort de son succès, WeShareBonds annonce une nouvelle levée de fonds de 10 millions d’euros avant la fin 2017. Elle prévoit également d’investir dans 10 nouvelles PME cette année.