L’Internet des Objets (IoT) bouleverse la chaîne de valeur des métiers de la logistique. À la clé, une amélioration de la visibilité des flux, une meilleure collaboration fournisseurs-clients et l’assurance d’un retour sur investissement. 

1. Repenser l’architecture de solution

Vous êtes dirigeant d’entreprise ou directeur des opérations et vous vous demandez encore comment améliorer votre supply chain ? La réponse tient en trois lettres : IoT. Les objets connectés permettent en effet « d’intégrer au cloud toutes les données de fonctionnement de la supply chain, du client aux fournisseurs, et d’envisager de nouveaux modèles de pilotage bien plus performants. Pour ce faire, les architectures techniques doivent être revues en profondeur », explique Guillaume Botti, Directeur conseil chez CGI. Ces architectures doivent être en mesure d’accueillir et de traiter rapidement des volumes d’informations considérables, de diverses natures, provenant des ERP (Enterprise Resource Planning) et des outils logistiques. Pour ce faire, elles doivent pouvoir consolider préalablement les nombreuses données non structurées que sont les textes, tableurs ou documents web.

2. Collaborer sur le cloud

En interne ainsi qu’auprès des clients, des différents fournisseurs, voire des réseaux de distributeurs, le big data permet une gestion globale des flux, offrant une vision complète de la supply chain. Le frein majeur ?
Les disparités en matière de maturité technologique entre transporteurs, sous- traitants, fournisseurs et distributeurs, dont les systèmes d’information sont parfois hétéroclites. D’où la nécessité de bâtir des partenariats forts. Pour héberger une plateforme collaborative, une solution s’impose : le cloud.
Facile à déployer et évolutif, il encourage le développement de solutions nouvelles au gré des besoins de l’entreprise et de ses partenaires, pour une parfaite « scalabilité ».

3. Gagner en visibilité sur l’ensemble des opérations

L’IoT offre plus de transparence sur l’ensemble de la chaîne logistique, améliorant la connaissance en temps réel des besoins clients, de la performance de l’outil de production, des niveaux de stocks, de l’état des livraisons... Adossé à des solutions d’intelligence artificielle, il permet même d’anticiper leur évolution. « Nous avons les moyens de fournir aux professionnels de la supply chain des méthodes de travail et des outils qui révolutionnent la prise de décision et le niveau de performance des opérations logistiques » se félicite Guillaume Botti.
« Grâce au cloud, l’optimal global atteint par les industriels surpasse la somme des optimums locaux. Nous améliorons le fonctionnement de l’écosystème construit par l’entreprise. Prochaine étape : le partage de valeurs entre les entreprises, la centrale et ses fournisseurs », renchérit Michel Benaut, Directeur conseil chez CGI. « Rassembler toutes ces informations à un même endroit en temps réel permet de les exploiter, de gérer efficacement les situations de crise, mais également d’engager une démarche d’amélioration continue grâce au big data et aux technologies prédictives », poursuit-il.

4. Automatiser pour aider à la prise de décision

L’IoT favorise l’efficience. « Jusqu’alors, les opérateurs devaient rigoureusement programmer chaque tâche industrielle afin que les équipements appliquent, dans l’ordre, le traitement adapté au produit », rappelle Michel Benaut. La détection d’une malfaçon, qui impliquait de retirer le produit de sa ligne de production, perturbait ainsi toute la chaîne. Guillaume Botti souligne : « Aujourd’hui – et c’est un véritable changement de paradigme – les produits portent eux-mêmes toutes les données et instructions qui les concernent. » De la sorte, les besoins d’ajustement sont traités en temps réel et les gains de productivité se révèlent considérables.

Cet article est extrait du mémento L'industrie du futur. Vous pouvez le consulter ci-dessous :

Mémento - Industrie du futur de Salesforce France