Intelligence artificielle, machine learning, robots, biotech’… La 4e révolution industrielle apporte son lot d’innovations et de changements profonds pour l’économie, les sociétés et l’humanité. Des transformations qui touchent nos organisations et nos modes de vie, mais aussi nos corps, nos identités, notre potentiel. Le choix du monde que nous souhaitons façonner est tout entier entre nos mains. Décryptage et analyse.

“Si vous avez raté les trois derniers épisodes...”

Dans son livre La quatrième révolution industrielle, Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, affirme qu'il y a 4 périodes distinctes de révolution industrielle à travers l'histoire. Une révolution industrielle correspondrait à l'apparition de « nouvelles technologies et de nouvelles manières de percevoir le monde [qui] déclenchent un profond changement dans les structures économiques et sociales ».

1re révolution industrielle : l'âge mécanique

À partir de 1760, c’est l'avènement de la machine à vapeur qui change la donne. D’une société fondamentalement agraire, un monde urbanisé émerge qui place l’usine en son cœur. L'avancement de l'industrialisation crée une classe moyenne de travailleurs qualifiés. Les villes et les industries croissent plus rapidement que jamais et les économies progressent avec elles.

2e révolution industrielle : l'âge de l'électricité et de l'industrialisation

Moteurs à essence, avions, engrais chimiques… tout s’accélère. Ces inventions nous aident à aller et à produire plus vite. Les chaînes de montage apparaissent comme une mise en pratique de la rationalisation industrielle, qui permet la production de masse. L'éclairage électrique, la radio et le téléphone transforment les façons de vivre et de communiquer. Cette 2e révolution industrielle marque le début du monde moderne.

3e révolution industrielle : l'âge du transistor

À partir des années 1950, les objets et mécanismes analogiques évoluent lentement vers les technologies numériques. Cela s'accélère à la fin du millénaire : la télévision par tube cathodique est remplacée par la tablette connectée à internet. L'électronique et les technologies de l'information automatisent la production et les chaînes d'approvisionnement à l'échelle mondiale. Bienvenue dans la révolution numérique : cloud, internet, smartphone. Que de chemin parcouru ! Et pourtant…

La 4e Révolution Industrielle est déjà là

 

Depuis le tournant du 21e siècle, le rythme de l'innovation s'est de nouveau accéléré, et nous sommes au début de la prochaine grande révolution industrielle, la quatrième : celle de l'intelligence artificielle ! Elle est caractérisée, selon Klaus Schwab, par un « internet ubiquitaire et mobile, des capteurs plus petits et plus puissants qui sont devenus moins chers, mais aussi par l'intelligence artificielle et le machine learning ». Le monde est plus intelligent et connecté que jamais.
En quoi ces développements ne sont pas que des prolongements de la 3e révolution industrielle et méritent le titre ambitieux de 4e révolution ? De fait des conséquences mesurables : la rapidité des connexions, l’ampleur et la profondeur des changements en cours, et l’impact sur les organisations, pays et sociétés.

« La convergence des technologies numériques avec des percées scientifiques, matérielles ou biologiques signifie que nous voyons émerger de toutes nouvelles façons de vivre. De manière subtile et explicite, la technologie change ce que signifie être humain. »
Marc Benioff, PDG de Salesforce


Les principaux facteurs de changement sont la baisse du coût de la puissance de calcul et des appareils connectés, l'augmentation de cette puissance et sa démocratisation grâce au cloud computing, et l'apprentissage automatique – machine learning et IA -.

On peut déjà prendre la chose pour acquise, mais il s’agit bien d’une rupture fondamentale : aujourd’hui, des systèmes intelligents et connectés nous aident à construire des voitures autonomes, à créer des assistants virtuels et à diagnostiquer les maladies, transformant ainsi les mondes physiques, numériques et biologiques.

10 technologies, 4 conséquences

La 4e révolution industrielle fait converger, dans un moment technologique unique, 2 grandes « familles » d’innovations.
D’une part, celles qui changent le monde physique :

  1. les biotechnologies,
  2. la robotique,
  3. l’impression 3D,
  4. les nouveaux matériaux,
  5. l’internet des objets (IoT),
  6. les technologies relatives au captage, stockage et à la transmission d'énergie.

D’autre part, celles qui changent le monde numérique :

  1. l’intelligence artificielle (IA),
  2. les applications blockchain,
  3. les nouvelles technologies de calcul (telles que l'informatique quantique),
  4. les réalités virtuelle et augmentée.


Savez-vous ce qu'est le graphène ? Non, ce n'est pas un graphique minuscule, c’est un nouveau matériau 200 fois plus fort que l'acier, 1 million de fois plus mince qu'un cheveu humain… et un conducteur efficace de chaleur et d'électricité. Les matériaux aussi évoluent !
Chacune de ces 10 avancées technologiques ouvre la voie à des changements significatifs dans nos vies. C'est la combinaison de ces technologies qui constitue la base de la 4e révolution industrielle, avec des impacts significatifs sur l’économie et la société.

  1. La productivité humaine augmente : grâce à des technologies telles que l'IA et l'automatisation, nous sommes en mesure de faire des choix plus efficaces, plus rapidement.
  2. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants : les entreprises sont passées d'un modèle transactionnel, fondé sur la vente de produits, à un modèle relationnel, axé sur la vente de services. Cette transformation s'accentue en faisant de l'expérience-client le point focal d'une entreprise
  3. Les données sont une nouvelle monnaie : les algorithmes de machine learning peuvent analyser des milliards de données, rendant les entreprises plus intelligentes, leur permettant d’anticiper la demande, de personnaliser les promotions et d’optimiser finement leur pricing.
  4. Le respect de l’environnement s’inscrit au cœur des logiques d’entreprise. Les multiples progrès peuvent accélérer la transition vers plus de respect de l'environnement, une nécessité dont la prise de conscience, lente, semble presque acquise dans de nombreuses régions du monde. Les nouvelles technologies de l'énergie ont la capacité de générer à faible coût des sources d’énergie abondantes et durables pouvant sevrer la planète des combustibles fossiles. Que ce soit contraint par la loi ou par les attentes des « consom’acteurs », le respect de l’environnement est vital et technologiquement possible.

D’ici 2025 : quelques prédictions (à prendre avec des pincettes)

  • 10 % des personnes portent des vêtements connectés
  • Le 1er robot pharmacien est actif au Japon
  • La première voiture imprimée en 3D est produite « en masse » à la demande
  • les voitures sans conducteur représentant 10 % de toutes les voitures américaines
  • Première greffe d'un foie imprimé en 3D en Bretagne
  • Au Canada, une première ville avec plus de 50 000 habitants et aucun feu de circulation
  • La première AI dans un conseil d'administration d'entreprise

(Source : World Economic Forum Technology)

La 4e Révolution Industrielle : une remise en question de modes de vie ?

La 4e révolution industrielle est en train de changer la façon dont nous vivons, travaillons et communiquons. À l'avenir, elle peut aussi changer les choses que nous valorisons et la façon dont nous les apprécions.

« La 4e révolution industrielle, finalement, va changer non seulement ce que nous faisons mais aussi qui nous sommes. Cela affectera notre identité et toutes les questions qui y sont associées : notre sens de la vie privée, nos notions de propriété, nos modes de consommation, le temps que nous consacrons au travail et aux loisirs, comment nous développons nos carrières et nos compétences, rencontrons les gens, et cultivons des relations. »
Klaus Schwab, La quatrième révolution industrielle


Les nouvelles technologies portent beaucoup de promesses en elles. L'accès facilité à l'éducation et l'information peut améliorer la vie de milliards de personnes par exemple. Les services, y compris les achats en ligne et livraisons par drone, peuvent transformer la vie de communautés – même dans des endroits éloignés – et relancer les économies rurales. Les progrès biomédicaux et l’amélioration du suivi médical devraient permettre une vie plus saine et plus longue. Les avancées numériques en matière de sécurité automobile vont réduire les accidents mortels, les coûts d'assurance et les émissions de carbone. La technologie numérique peut libérer les travailleurs des tâches automatisables, leur permettant de se concentrer sur le traitement de questions plus complexes ou plus créatives...
Cependant, les technologies peuvent aussi avoir des impacts négatifs temporaires. Ainsi, l'intelligence artificielle, puisqu’elle automatise une variété de tâches, va toucher des emplois : en détruire, en transformer, en engendrer de nouveaux et en stimuler la croissance.
Il est donc de la responsabilité du corps social, des politiques et des entreprises d’anticiper ces bouleversements pour réguler et prévoir l'évolution de certains types d'activité afin de limiter les impacts négatifs, notamment auprès des travailleurs les moins qualifiés.
Les promesses que porte en elle la 4° révolution industrielle semblent intrinsèquement pouvoir bénéficier à tous : plus d’intelligence, de connexion, de disponibilité de la puissance de calcul… Encore faut-il que les structures fondamentales permettent cet accès à ce monde de potentialités, car seulement 17 % des personnes sur la planète peuvent avoir accès à ces technologies (cf WEF).

Faire de la 4e Révolution Industrielle un progrès pour tous

« Ensemble, construisons un avenir qui bénéficie à tous en plaçant les hommes au premier plan, en les responsabilisant et en nous rappelant constamment que toutes ces nouvelles technologies sont avant tout des outils conçus par et pour les humains. »
Klaus Schwab, La quatrième révolution industrielle


Au cours des décennies à venir, nous devons encore établir les structures pour permettre à toute l'humanité de bénéficier des progrès de la 4e révolution industrielle. Nous devons développer nos technologies autour des valeurs positives et penser à la façon dont elles doivent être utilisées. Notre objectif est de les concevoir avec une intention éthique, en préservant les fondements qui nous sont chers.
Cet effort exige la mobilisation de tous les acteurs - gouvernements, décideurs, organisations internationales, organismes de réglementation, entreprises, universités et société civile… Ces derniers doivent travailler ensemble et définir des objectifs communs à même d’orienter le développement des puissantes technologies émergentes.
Nous devons veiller à ce que les bénéfices apportés par la 4e révolution industrielle soient bien répartis dans le monde entier et à ce qu’ils génèrent davantage de confiance. Pour cela, une plus grande transparence dans la façon dont nous orientons et gérons cette technologie est clé. De même que les systèmes de sécurité qui garantissent que ces technologies ne seront pas piratées ni ne deviendront des outils d'oppression. Chaque personne, citoyen, employé, investisseur ou influenceur social, est partie prenante de la 4e révolution industrielle. À nous de créer ensemble le monde que nous souhaitons offrir aux prochaines générations.

« La 4e révolution industrielle peut compromettre les sources traditionnelles de sens pour l'humanité -travail, communauté, famille et identité - ou elle peut élever l'humanité vers une nouvelle conscience collective et morale fondée sur le sentiment d’un destin commun. Ce choix est le nôtre. »
Klaus Schwab, la quatrième révolution industrielle