Mardi 27 novembre 2018, la France a célébré son premier Giving Tuesday, une journée de générosité et de solidarité tout droit venue d’outre-Atlantique, qui redonne du sens après les soldes du Black Friday et du Cyber Monday. Pour les entreprises, c’est l’opportunité de sensibiliser leurs collaborateurs aux causes qui leurs sont chères et d’inciter leurs clients à faire un don pour les associations qu'elles soutiennent. Une attitude qui trouve de plus en plus d'écho chez les français.

C’est une tendance émergente. Une prise de conscience progressive, particulièrement forte chez les jeunes, autour du rôle social des entreprises, comme l’atteste l’étude « Les Français et l’encouragement au don par les entreprises » réalisée en novembre 2018 par OpinionWay pour Salesforce. Selon celle-ci, les consommateurs français ont un intérêt marqué pour les nouvelles formes de solidarité déployées par les entreprises. 39 % des sondés se disent prêts à privilégier des enseignes qui soutiennent financièrement des causes solidaires.
Dans ce contexte porteur, le Giving Tuesday arrive à point nommé. La première édition a été célébrée mardi 27 novembre 2018. « La France est le 47e pays à rejoindre cet élan de générosité créé en 2012 aux États-Unis », explique Frédéric Fournier, global leader de Giving Tuesday en France. Cette première édition a rassemblé plus de 180 associations, fondations, entreprises et institutions, engagées en faveur de la solidarité et du don.

« Les entreprises altruistes font de leurs valeurs humanistes des leviers de performance qu’elles actionnent au quotidien », explique Olivier Derrien, directeur général de Salesforce France. « C’est pour cette raison qu'une des missions premières de Salesforce, inscrite dans ses statuts, est de contribuer à transformer le monde et aider ceux qui en ont besoin ». Pionnier en la matière, le fondateur de Salesforce Marc Benioff a en effet initié dès 1999 un modèle de solidarité intégré « 1-1-1 ». Concrètement, Salesforce consacre 1 % du capital, 1 % du temps de ses salariés ( soit 7 jours par an et par employé financé par l'entreprise ) et 1 % de ses produits à des engagements solidaires.

Les « 30 Altruistes »
« Le rôle philanthropique des entreprises s’impose comme une évidence pour la génération des jeunes entrepreneurs », explique Vincent Auriac, président d’Axylia et organisateur des Profit for non profit Awards. Axylia est une société de conseil financier, spécialiste de la finance responsable, qui accompagne les associations et fondations. « Avec ces Awards, nous souhaitons que l’on se souvienne des prochaines décennies comme des "30 Altruistes", comme nous avons connu les 30 Glorieuses », poursuit-il. « Car il existe une génération d’entrepreneurs désireux d’agir sans attendre, de partager la valeur économique qu’ils créent. Ces jeunes entrepreneurs ont une forte conscience de l’urgence humanitaire, sociétale et environnementale ». Pour preuve, l’âge des candidats aux Awards se situe entre 25 et 32 ans.

À l’occasion du Giving Tuesday, les Profit for Non Profit Awards ont justement distingué des entreprises engagées et humanistes. Parmi les lauréats, on retrouve par exemple Recyclivres, qui a reversé plus de 1 million d’euros à des associations partenaires et replanté 25 000 arbres, et C’est qui le patron, une marque équitable qui rémunère au juste prix les producteurs de lait, notamment. On compte au nombre de ces entreprises aussi bien des start-up, comme Botaki ou les Franjynes, que de grandes enseignes comme Nature & Découvertes ou des établissements financiers comme la NEF.

De multiples formes d’engagement
L’engagement philanthropique des entreprises peut prendre plusieurs formes. L’une des plus courantes est le don lors d’un achat. Selon l’étude OpinionWay réalisée pour Salesforce, près d’un tiers des Français déclare avoir déjà effectué un don philanthropique lors du règlement d’un achat. Certaines marques le pratiquent sous forme d’arrondis en caisse, comme Nature & Découvertes au profit de Planète Mer. D’autres entreprises reversent simplement une partie de leur chiffres d’affaires aux œuvres de leur choix, comme c’est le cas pour Axylia ou la start-up Squiz qui soutient le Rire médecin.
D’autres permettent également l’implication des collaborateurs. Tout comme Salesforce, Recyclivres offre à ses salariés la possibilité de consacrer une semaine par an de leur temps de travail à l’action caritative de leur choix. Des actions coups de poing peuvent également être mises en place, notamment lors du Giving Tuesday. Un exemple ? Le mapathon organisé par Salesforce pour le premier Giving Tuesday. Plus de 150 personnes en France parmi les collaborateurs de Salesforce, mais aussi de clients ou de partenaires se sont mobilisés ce jour pour « mapper » (cartographier) l’ensemble la région du Kérala en Inde, touchée par de graves inondations. Une initiative solidaire qui ouvre assurément une nouvelle perspective au monde du travail, et ce, au bénéfice de tous.