En anglais, the scale, c’est l’échelle, la gamme. Un mot tellement idiomatique qu’on l’entend à tout bout de réunions : « Is this scalable ? », « does it scale ? »… Traduit en français, cela revient à demander « cette solution est-elle déployable à grande échelle au cours d’une croissance harmonieuse ? » Et cette question est d’importance ! Une bonne idée et de l’intelligence suffisent-elles pour faire changer d’échelle ? Comment passer de la start-up à la scale-up tout en évitant l’implosion ? Voici nos pistes !

Pensez dès le début à votre scalabilité, votre « portance »

Une entreprise ambitieuse, c’est un peu comme un avion : avant même de faire décoller ses ventes, elle doit avoir les moyens, dès le départ, de voler en toute sécurité. Après tout, les équipages ne se posent pas la question des ailes et des aérofreins en cours d’ascension ! De même, pour que la croissance d’une entreprise – à fortiori d’une start-up – se fasse de manière maîtrisée, il faut que sa structure, son organisation et ses outils assurent d’entrée de jeu sa scalabilité, c’est-à-dire sa capacité à changer de gammes et d’échelle, à absorber un choc de croissance phénoménal, comme une grande poussée, afin de transformer cette croissance en business solide et rentable.

Une scale-up est ainsi une start-up qui a énormément évolué et grandi (multiplication de la clientèle, recrutement massif…) de manière homogène pour atteindre une stabilité propice à rassurer les investisseurs, dans une optique de développement pérenne. Selon l’étude annuelle d’Ernst & Young, 18 startups de la French Tech sont entrées dans la phase scale-up en 2018, comme Voodoo (jeux vidéo sur smartphone), qui a levé 200 millions de dollars.

Anticipez la montée de charge

Un tableur, une boîte mail, un agenda partagé et beaucoup d’énergie, cela peut suffire pour tester une idée mais c’est insuffisant quand le marché répond ! Pour être scalable, la start-up doit s’outiller en anticipant 4 grands besoins.

  • Facilitez-vous la tâche : une entreprise en croissance est souvent stressante car elle impose un rythme effréné : rapidement, les petites tâches chronophages augmentent en volume et « noient » la force de travail. Pour contrer cela, identifiez rapidement les tâches « automatisables », au moins en partie (bien souvent celles de gestion, comme la facturation, le reporting, les relances, mais aussi les transmissions d’information en cas de « silos » de data), et appuyez-vous sur la technologie pour les automatiser. Cela vous dotera dans le même temps de process optimaux, reconnus et testés par les meilleures entreprises au monde. Esker a ainsi automatisé de nombreux processus, pour une performance au dessus des standards du marché.
  • Intégrez les bons profils rapidement : une croissance d’activité entraîne des besoins RH qu’il est impératif de combler pour accompagner la poursuite de la croissance. Le recrutement doit donc être pensé en amont : définition des profils critiques, constitution d’un réseau de talents, mise en place de process de recrutement simples et souples… L’onboarding des nouveaux collaborateurs doit également être facilité (fiches de postes claires, outils pratiques, formations adaptées). Pour cela, la création d’un « help center » regroupant les modules de formation et hébergé dans un cloud permet un accès permanent à tous les outils, et facilite le respect des process. Humanessence, cabinet de recrutement, gère ainsi plus de 300 CV par jour !
  • Fluidifiez la communication : plus une entreprise s’étoffe, moins l’information circule… Un sacré frein à l’efficacité, à la collaboration et à la performance ! Passé 10 collaborateurs, l’usage de l'e-mail et du document texte ou tableur est moins efficace que nombre de solutions actuelles et provoque lenteur, perte d’informations, double saisie… L’ensemble de la data (données internes, gestion des opportunités commerciales, informations client) doit donc être facilement accessible et enrichie par tous les collaborateurs au sein d’un CRM. La dématérialisation des données et leur synchronisation en temps réel par exemple a permis à Allo Resto de réduire de 30 % le taux d’erreur.
  • Choisissez une IT modulable : une montée en charge nécessite une infrastructure informatique capable de l’absorber instantanément. Modulable et évolutif, le cloud supprime la contrainte de devoir migrer vers un autre système (perte de temps, coûts supplémentaires, risque de perte d’informations…). Sigfox a ainsi pu faire face à une montée en charge mondiale !
     

Pour être scalable, une start-up doit donc se projeter vers l’avenir et établir un plan de croissance soutenu par une stratégie claire et réaliste et, surtout, par des outils permettant de se développer en toute sécurité. Cette solidité organisationnelle et opérationnelle rassure non seulement les dirigeants de la start-up mais aussi les investisseurs potentiels.