Skip to Content

En 2021, les retailers alimentaires européens font le plein d’innovations

En 2021, les retailers alimentaires européens font le plein d’innovations

Internet Retailing a réalisé une enquête en collaboration avec Salesforce pour découvrir les répercussions de la pandémie sur le secteur de la distribution alimentaire en Europe, et comment ce secteur évolue pour se préparer à l'avenir.

L’année passée a été riche en défis pour la distribution alimentaire : perturbations de la supply chain, mesures sanitaires en magasins, clients en quête de praticité et de sécurité. Pour y répondre, les acteurs du secteur ont accéléré leur transformation digitale (déploiement de nouveaux services online) et ont établi des partenariats avec des sociétés de la nouvelle économie numérique, comme les plateformes de livraison. Les dirigeants du retail perçoivent ces nouvelles habitudes de consommation comme une opportunité de croissance.

Internet Retailing a réalisé une enquête en collaboration avec Salesforce pour découvrir les répercussions de la pandémie sur le secteur de la distribution alimentaire en Europe, et comment ce secteur évolue pour se préparer à l’avenir. Des entretiens ont été menés avec des distributeurs et des grandes marques PGC aux quatre coins de l’Europe.

L’alimentation toujours plus saine

“You are what you eat” dit le dicton anglais. La pandémie accentue les enjeux de santé et de développement durable, dans lequel l’alimentation saine joue un rôle central. En 2021, elle est une priorité d’action pour la moitié des entreprises de l’alimentation. Les distributeurs retirent des rayons les produits les plus mauvais, tout en rendant plus “healthy” leurs MDD. En France, Carrefour s’est associé à de plus petites enseignes spécialisées dans la vente de produits sains et locaux. Le Néerlandais Picnic a créé sa propre gamme d’aliments bio. Bien que la distribution alimentaire demeure instable, les distributeurs et les marques ont appris à s’adapter dans un monde en perpétuel changement. Une étude Kantar révèle que :

  • 69 % des consommateurs déclarent soutenir les commerces de proximité ;
  • 52 % accordent davantage d’attention à l’origine des produits .

La marge nette des biens de grande consommation achetés par les consommateurs éco-responsables dans le monde dépasse 1 000 milliards de dollars.

Priorité à l’expérience digitale

Les mesures sanitaires ont convaincu une toute nouvelle frange de la population de faire ses courses sur internet. Une première pour bon nombre d’entre eux. Et l’expérience les a séduit : beaucoup continuent d’acheter en ligne. Au premier trimestre 2021, un an après le début de la pandémie, le chiffre d’affaires mondial du e-commerce alimentaire a augmenté de 93 % par rapport à la même période l’an précédent, preuve que le pic du e-commerce n’était pas un feu de paille.

Cette transition vers le e-commerce a également entraîné une affluence de nouvelles données, que les distributeurs et marques exploitent pour prendre des décisions plus avisées. Les enseignes de distribution s’associent aux grandes marques PGC pour partager leurs données, afin d’optimiser les parcours omnicanaux et de raccourcir les cycles de mise sur le marché.

  • 47 % des entreprises interrogées affirment donner la priorité à l’expérience digitale dans les années à venir ;
  • 36 % affirment qu’améliorer les expériences omnicanales (click & collect) est indispensable.

Certains distributeurs imaginent l’avenir du magasin alimentaire. Le Suédois Livfs a ouvert des magasins sans personnel dans des zones rurales de Suède en 2019. Une solution qui répond aux enjeux de praticité et de sécurité des consommateurs.

Ce regain d’agilité et d’inventivité semble revigorer les dirigeants du secteur. 84 % s’attendent à ce que le secteur enregistre une croissance l’année prochaine, et 77 % estiment que les performances de leur entreprise dépasseront celles du secteur en Europe.

La donnée, source de fidélisation client

Dans un monde guidé par le numérique, toute décision responsable d’une entreprise s’appuie sur des données fiables. Notre rapport révèle que 29 % des cadres du secteur pensent que les données gagneront en importance durant l’année 2021. Elles permettront non seulement de personnaliser les communications et d’offrir de meilleures expériences clients, mais aussi de créer des programmes de fidélités attrayants qui contribuent à la rétention des clients.

  • 23 % des entreprises interrogées déclarent mettre davantage l’accent sur la personnalisation des expériences grâce à la segmentation, les promotions et l’utilisation de l’intelligence artificielle.

Beaucoup de marques PGC ont expérimenté la vente directe au consommateur (D2C) pendant la pandémie. Ceci leur a permis de collecter des données et d’en apprendre davantage sur leurs clients. « Pour les grandes marques, le D2C n’est certainement pas aussi générateur de revenus que les canaux traditionnels », explique Hervé Beck, directeur général EMEA de Kind. « Je le considère comme un moyen de mieux connaître les clients, de tester de nouveaux produits ».

Quel avenir pour le secteur de l’alimentation ?

Malgré les difficultés que connaît le secteur depuis plusieurs années, la plupart de ses acteurs se montrent optimistes. L’année écoulée a démontré le caractère indispensable du commerce alimentaire et sa capacité à affronter une crise majeure, tout en ressortant plus fort et déterminé.

Pour en savoir plus sur l’évolution du secteur de l’alimentation, consultez notre rapport complet.

Salesforce